"Alors, Juge ?" par Grégor Perret

Mis à jour : avr. 5


Je me rappelle du Jour ou mon Patron me tendit mon premier Tablier, le mien. Pas celui d'un Autre, pas celui d'un ex-apprenti qui avait abandonné mais celui qui, neuf et encore brillant, était plein de promesses pour le jeune apprentis que j'étais.


Depuis, j'aie 2 fois l'age de cette époque, une belle boutique, du boulot à plus savoir quoi en faire, quelques grands noms, des champions, des plus simples, bref tout ce qui fait la beauté et la complexité de notre profession. Je cherchais un apprenti que je n'aie jamais trouvé au final.

Je cherchais quelqu'un qui aurait fonctionné de la même manière, qui privilégiait la réflexion à la "brillance illusoire" et pas juste une main d'oeuvre facile pour faire ce que je n'avais pas envie, un sous-fifre pas cher.


J'aie énormément de Respect pour celui qui m'a formé,il me transmit Passion, Amour du Travail bien fait, Abnégation, Engagement et Prise de conscience . J'aie beaucoup de Respect également pour celui qui le forma, qui, 40 années de Maréchalerie plus tard, parle encore "de nos jeunes" et la défense de notre métier. Alors qu'à la Retraite, il me rejoint parfois dans mon Camion pour reprendre du Service sur les cas difficiles, se remettre en question, ou participe à des Réunions importantes pour tous. "Le doute doit rester la base de notre réflexion"


Il me dit un Jour, à la suite de mes problèmes de Santé conséquents, triste : "Alors, je n'aurais pas d'Arrière-Petit-Fils Professionnel ?" Je crois qu'au final c'est ça d'être attaché à sa Profession et de toujours être tourné vers l'Avenir avec ceux qui partagent les mêmes principes.


Aujourd'hui, on m'a appelé pour aller juger le BTM, l'Examen supérieur de Maréchalerie, c'est pour moi un immense Honneur qu'on m'accorde bien que j'aie dû décliner. Non pas que je ne veuille pas, j'adorerais ! Je crois que le Combat de tout bon Artisan est de participer à l'Avenir de son métier d'une manière ou d'une autre et qu'autant qu'une profession, ce qu'il faut réussir à transmettre, c'est un Etat d'Esprit et des Valeurs.

Aux Femmes, aux Hommes, aux jeunes de bonne volonté, je veux dire Merci et Courage. Notre Métier est le plus beau métier du Monde avec des sacrifices et des prérogatives qui t'obligent à repousser tes propres limites sans jamais pouvoir te contenter du confort douillet des certitudes qui rassurent..

Aujourd'hui, j'aie du décliner, trop de paramètres extérieurs que je ne contrôle pas, trop d'incertitudes et je m'en voudrais de ne pas faire Honneur à mes engagements et à ma Profession.

Cette Année je ne serais donc Juge de rien, ce n'est que partie remise. Comme je l'aie dit un Jour "Je suis trop Con pour crever" C'est un drôle de mot d'ailleurs "Juge", c'est très sentencieux, ça fait presque barrière, je préfère le mot "Garde-fous" . Juger est d'une complexité absolue, en tant qu'Homme et Artisan. Refuser, accepter, croire en un potentiel ou définir "qui peut prétendre l'être" sont autant de paramètres qui font la complexité d'un Rôle crucial.


Je serais à la Rentrée à Equimeeting, parmi mes collègues, amis, mentors et tout le monde. La Vie est remplie de dualités comme celles-ci mais je considérerais toujours que le meilleur professeur est celui qui accepte de prendre leçon et que notre engagement pour notre métier n'est pas affaire de puissance, d'égo, renommée et intérêts face aux autres mais de questionnement au moins autant que de réponses.