Coronavirus et Maréchalerie du Monde par Bernard Duvernay (Traduction FR)

Traduction FR ;

Je souhaiterais communiquer au nom de la Farrier Anvil Fondation.

Je suis toujours en Inde, dans notre Ecole de Maréchalerie à Dundlod, seul avec Sugnaram, notre cuisinier. Dans le pays, ou je me trouve, la Situation est correcte, il y a des légumes frais, du lait etc... et de ce que je sais, pas de cas de Coronavirus déclaré dans le Village. Je suis en contact avec beaucoup d'amis dans tout le pays, et à certains endroits, la situation devient désastreuse. Imaginez de grandes Villes surpeuplées avec beaucoup de gens à la rue, sans argent ni rien à manger. Dans de tels endroits, le Virus se propage sans aucun contrôle. Je pense à tous ces pauvres gens qui ont perdu leur Emploi du jour au lendemain et qui sont loin de leurs Familles, de leurs Villages sans aucune possibilité de rentrer. Des milliers d'entre eux sont ignorés par leurs employeurs et celà quel que soit le Secteur d'Activité. La Situation est en train de devenir un désastre majeur et je pense à tous ces pauvres gens, tout autour du Monde. Je ne suis pas croyant en aucune Religion, mais aujourd'hui nous pouvons tous être "Dieu" pour quelqu'un dans le besoin en aidant les pauvres, ceux qui ne peuvent parler au nom de personne mais qui, nous le savons, n'ont plus rien à manger. Ce n'est pas la Religion que d'être Solidaire, c'est juste "Avoir un coeur".

Je pense à tous mes Collègues Maréchaux tout autour du Monde, les chevaux sont si importants pour nous et l'une de nos priorités doit être que leurs propriétaires continuent à être en mesure de les nourrir de façon à ce qu'ils restent en bonne Santé.

La Farrier Anvil Fondation est une grande Famille et aujourd'hui, je pense à vous tous et à vos proches. J'espère que nous serons capables de tout reconstruire et de recommencer après ce désastre sanitaire Mondial, avec encore plus de force, avec encore plus de coeur.


Baba Bernard.















I want to communicate on the name of FAF

I am still in India in our farriery school in Dundlod alone with Sugnaram our cook.

In the country side where I am thesituation is still ok, there is fresh vegetables, milk etc. and as far I know no declared virus at the moment in the village.

I am in touch with many friends around the country and in some places, it is really bad becoming a disaster. Just imagine the big cities with so many homeless people, without money without anything to eat. In such places the virus is spreading without any control.

I am thinking to all these poor workers who lost their job from one day to the other and who are far from their family, without any possibility to reach their home villages. So many thousands of them have been ignored by their employers, same situation in many sectors.

It will become a massive disaster and I am thinking to all these poor family everywhere around the world.

I am not believing in a religion but today we can all be God for someone in the need. Just helping the poor, the one who is not asking for anything but we know he is not eating. This is not religion this is solidarity, it just come from the heart.

I am thinking to all my colleagues’ farriers from all around the world, the horses are important for us the priority is to make sure their owner still feed them properly then let’s see if we can maintain good hoof care.

FAF is a big family and today I am thinking of all of you and your relatives, I hope we will be able to start again after this big world shambles with even more strength and bigger heart.

Baba Bernard